Le Doctorat à Sorbonne Universités

Le doctorat à Sorbonne Université

Sorbonne Universités est un des tout premiers pôles universitaires français d’envergure internationale. Ses établissements fondateurs, leaders dans leur domaine, couvrent l’ensemble des disciplines académiques : droit, du management public et des arts. Sorbonne Universités peut ainsi combiner une offre de formation originale avec une recherche, au coeur des disciplines et à leurs interfaces.

Au cœur de Paris, Sorbonne Universités regroupe 7 000 doctorants répartis parmi :

  • les Universités Panthéon-Assas, Paris-Sorbonne et Pierre et Marie Curie,
  • le Muséum National d’Histoire Naturelle(MNHN), l‘INSEAD et l’Université de technologie de Compiègne (UTC).

Le Collège doctoral de la Sorbonne

Le Collège doctoral de la Sorbonne est l’organe de mutualisation et de valorisation des activités de recherche de Sorbonne Université.

Son action se concentre principalement sur le 3ème cycle universitaire, auquel il s’agit de donner une réelle visibilité, à travers :

  • le renforcement du suivi des thèses
  • et un meilleur accompagnement des doctorants.

Outre l’instauration d’une charte commune des thèses et d’une signature commune sous le label « Sorbonne Université », le collège doctoral de la Sorbonne vise à :

Etablir
le catalogue unique de l’ensemble des thèses en cours au sein de Sorbonne Université, qui proposera un classement thématique en fonction de la nature, non seulement des travaux de recherche, mais aussi des thèses elles-mêmes (durée, vocation professionnelle, préparation de l’agrégation, etc.).

Ouvrir
des séminaires doctoraux d’intérêt général à tous les chercheurs de chaque université et coordonner les conférences des différentes écoles doctorales; les sujets abordés seront variés (la numérisation des thèses, par exemple) et concerneront aussi l’insertion professionnelle.

Regrouper
dans un même espace l’ensemble des formations doctorales et faire bénéficier les doctorants d’équipements adaptés (postes informatiques, bureaux, système de visioconférence pour des soutenances à distance, etc.).

Dégager
des axes transversaux de recherche, comme c’est déjà le cas avec les neurosciences.

Valoriser
la recherche scientifique en mettant des informations juridiques à la disposition des chercheurs.